Accueil / News / [News] Les coptes paient cher leur ralliement à l’armée
[News] Les coptes paient cher leur ralliement à l’armée

[News] Les coptes paient cher leur ralliement à l’armée


Lundi 21 octobre, des milliers de chrétiens coptes orthodoxes ont assisté aux obsèques des victimes d’un attentat dans une église au Caire. Quatre personnes, dont deux fillettes, ont été tuées par balles dimanche 20 au soir à la sortie d’un mariage à l’église de la Vierge du quartier d’Al-Warak dans le nord de la capitale. « Trois hommes, cagoulés, se sont approchés sur leurs motos. Deux ont tiré sur nous et d’un coup il n’y a plus eu que du sang et le chaos partout », a raconté un fidèle.

Les funérailles ont eu lieu dans l’église où s’est déroulé le drame, au milieu d’une foule en colère encadrée par des policiers déployés autour de l’édifice. Les coptes scandaient des slogans réclamant justice pour les victimes de l’attentat. « Nous, les coptes, payons le prix de la destitution de Morsi », a déclaré à l’AFP Imane Gerges. « Nous sommes visés et nous ne nous sentons plus en sécurité nulle part », a ajouté cette femme de 40 ans. Selon un de ses coreligionnaires, l’église de la Vierge n’était plus protégée par les autorités depuis le 30 juin 2013, date de la première manifestation contre le président Mohamed Morsi, déchu quelques jours plus tard.

Le pape copte Tawadros II était présent aux côtés du chef de l’armée, le général Abdel Fattah al-Sissi, lorsqu’il a annoncé la destitution de Mohamed Morsi le 3 juillet 2013. Depuis, les islamistes accusent les Coptes d’avoir soutenu le coup de force de l’armée contre le premier président élu démocratiquement d’Egypte. Après deux importants rassemblements pro-Morsi à la mi-août, des dizaines d’églises, de maisons et de commerces appartenant à des Coptes ont été attaqués et incendiés, dans le centre du pays.

Début octobre, Amnesty International avait accusé les forces de sécurité d’avoir échoué à protéger les Coptes. Depuis la mi-août, l’organisation a recensé des attaques sur 200 propriétés  détenues par des coptes, 43 églises endommagées et plus de quatre personnes tuées.

Le Premier ministre Hazem Beblawi a qualifié l’attentat de dimanche d’« acte criminel méprisable » et assuré que les forces de sécurité recherchaient les assaillants, dont l’identité est toujours inconnue. De leur côté, les Frères musulmans ont déploré l’attaque et accusé les autorités d’« ignorer des actes délibérés d’incendies criminels, de vandalisme et de meurtres ». Paris s’est également inquiété de la situation selon Alexandre Giorgini, sous-directeur de la presse au Quai d’Orsay qui a déclaré que le gouvernement français était « vivement préoccupée par les nombreuses violences ».

(Via Le Fait religieux)

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Revenir en haut de la page
Visit Us On FacebookVisit Us On TwitterVisit Us On Pinterest