Accueil / News / [News] Craignant les islamistes et le chaos, certains chrétiens préfèrent fuir

[News] Craignant les islamistes et le chaos, certains chrétiens préfèrent fuir


Depuis le renversement de Hosni Moubarak en Février, beaucoup de chrétiens coptes ont commencé à faire des plans pour quitter le pays, craignant son instabilité et la montée en puissance des groupes politiques islamistes.

Les avocats qui se spécialisent dans le travail avec les Egyptiens coptes, qui représentent environ 10 pour cent des 80 millions d’habitants du pays, disent que dans les dernières semaines, ils ont reçu des centaines d’appels de Coptes qui veulent quitter l’Egypte.

Naguib Gabriel, un éminent avocat copte à la tête de la Fédération égyptienne des droits de l’homme, a déclaré que son bureau avait reçu au moins 70 appels par semaine de gens qui veulent savoir comment ils peuvent émigrer.

« Chaque jour des gens viennent me demander comment ils peuvent obtenir auprès des ambassades américaines ou canadiennes des visas. Ils insistent sur le fait de quitter l’Egypte, car leur sécurité ici n’est plus assurée », a déclaré M. Gabriel.

« Nous sommes à la croisée des chemins », at-il ajouté. « Beaucoup de chrétiens ont peur de l’avenir parce que des fanatiques prennent la paroles dans les mosquées. »

Alors que la révolution égyptienne est restée en grande partie pacifique, surtout en comparaison avec le bourbier sanglant qui a eu lieu dans le pays voisin, la Libye, la période écoulée depuis l’éviction du président Moubarak a vu des épisodes de conflits sectaires.

Au moins 15 personnes, chrétiens et musulmans, ont été tués le mois dernier dans une chaîne de la violence qui a éclaté en raison d’une relation entre un homme copte et une musulmane dans un village au sud du Caire. Au moins 10 personnes ont été tuées dans des affrontements similaires dans le quartier du Moqattam au Caire en Mars.

Cela a conduit des centaines de chrétiens à se joindre à une longue manifestation en dehors du bâtiment de la télevision d’état du Caire dans le but d’assurer une meilleure protection des Coptes d’Egypte.

Ces derniers jours, il ya eu aussi des affrontements impliquant le mouvement salafiste qui a récemment qui essaie de pénétrer dans la vie politique de l’Egypte.

Selon de récents rapports, un centre de service copte du Caire a été fermé le mois dernier après avoir été envahis par des salafistes, tandis que des bagarres ont éclaté dans le sud du gouvernorat de Fayoum, après que des salafistes aient tenté de forcer la fermeture d’un magasin de vente d’alcool.

Il semble que le temps où les manifestants déclaraientt à la place Tahrir, : « Les musulmans et les chrétiens sont une seule main. » est loin…

« Les problèmes sont pires que dans le passé » dit Gabriel. « Dans le passé il y avait des problèmes, mais il y avait de longues périodes entre eux. Mais après la révolution, tous les jours nous voyons des choses nouvelles.  »

Mamdouh Nakhla, un avocat copte, a déclaré que son bureau a constaté environ 150 personnes par mois qui avaient l’intention de quitter l’Égypte en raison de la situation politique. Certains étaient des musulmans, at-il dit, mais la plupart sont des Coptes qui se sentaient inquiets des perspectives d’un gouvernement dominé par la confrérie musulmane.

« Ils veulent se rendre dans des pays où il existe une liberté de religion », dit Mahmoud Nakhla.

Selon les deux avocats, Nakhla et Gabriel, la plupart des gens à l’émigration veulent aller au Canada, où il ya une grande population copte d’environ 50.000 croyants. L’ambassade du Canada au Caire a déclaré qu’il ne pouvait pas révéler le nombre de coptes Égyptiens qui avaient demandé des visas depuis le début du soulèvement.

Mais Sam Fanous, qui dirige une société d’aide à l’émigration pour les Égyptiens, déclare que le mois dernier son bureau avait été « bombardé » de demandes des Coptes qui voulaient de l’aide pour quitter le pays.

« Je connais des gens qui viennent à mon bureau du Caire jusqu’à minuit. Souvent je dis à mon adjoint de fermer les téléphones parce que nous avons trop de gens qui appellent, dit-il. « La majorité des gens veulent émigrer. Certains demandent l’asile, mais je leur explique qu’ils ne peuvent obtenir le statut de réfugié d’Egypte.  »

Fanous a déclaré que la plupart des gens qui viennent à lui sont des professionnels bien de classe aisé.

« Certains veulent partir et ne plus revenir. Certains veulent emmener leurs familles et ensuite revenir jusqu’à ce qu’il soit possible de revenir dans un pays sûre », dit-il.

« Les jeunes veulent en découdre. Ils étaient à place Tahrir, et ils n’ont pas aussi peur que les générations plus âgées » at-il dit.

Nada Rafik, un Copte de 21 ans du Caire, a déclaré que depuis la révolution, sa mère avait fait des plans pour émigrer la famille au Canada.

« Ma mère a essayé d’obtenir un passeport canadien avant la fin de l’année, mais depuis la révolution elle veut faire cela rapidement. » déclare Nada.

Rafik, un analyste financier, a dit qu’elle envisagerait aussi de quitter le pays, mais seulement si la situation devient nettement pire. Pour l’instant, elle croit encore à un avenir optimiste grâce à la révolution.

« L’ancienne génération a plus peur que nous », dit-elle. « Ils ont vécu avec M. Moubarak depuis 30 ans et ont été manipulés par lui. Maintenant, ils ont peur parce qu’ils voient les médias égyptiens parler des Frères musulmans »

(via Al Masry Al Youm)

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Revenir en haut de la page
Visit Us On FacebookVisit Us On TwitterVisit Us On Pinterest